Biographie

L’auteure-compositrice-interprète Myëlle est née un soir de tempête en 1983 à Jonquière. Dame Nature avait tout compris, un cataclysme de confettis se préparait. Faisant partie de ces gens qui bouleversent, celle qui parle fort, mais qui pleure tout bas a grandi en tenant un archet de violoncelle, apprenant ainsi la rigueur classique, la voix d’Elvis en arrière-plan.

Myëlle étudie les gammes, fait ses devoirs et développe tout d’abord son éveil musical par le classique et le pop pour ensuite nager entre le R’n’B, le soul et le rock. Vers l’adolescence, le monde de l’art dramatique la chavire. Elle y découvre toute la subtilité des non-dits, du mouvement et de l’introspection qui provoque chez elle une soif d’interprétation. Elle écrit des mots, puis des phrases qui se transforment en chansons, empruntant la guitare western de son père. Puis, jonglant de métier en métier, elle se cherche et se rebelle, mais poursuit toujours sa route. Curieuse et audacieuse, elle rencontre plusieurs artistes qui ont façonné la scène indie montréalaise. En 2008, consacrée entièrement à la musique, Myëlle est enfin née de sa millième vie.

C’est en 2009 que l’identité artistique de Myëlle se dévoile. Elle passe par le Festival international de la chanson de Granby, pour ensuite briller de tous ses feux au Festival en chanson de Petite-Vallée à l’été 2010, où elle obtient la bourse de la Chanson primée SOCAN pour « J’ai trop parlé » ainsi que la bourse du coup de Coeur du public Hydro-Québec.

De plus, Myëlle obtient une résidence d’écriture à la Chanteaufête de Charlevoix, la bourse de la Chanson canon de la Louisiane pour « Les dégâts », le prix Coup de cœur Francouvertes 2011 et la Tournée du Grand 8. Elle devient aussi boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec pour la recherche et la création dans le volet artiste professionnel.

Se laissant doucement porter par le vent, cette femme de tous les talents parcourt les routes du Québec avec différents projets musicaux: Mark Bérubé, Pêro ainsi que David Martel. En 2009, Myëlle se joint à l’auteure-compositrice-interprète Amylie en tant que choriste et violoncelliste faisant, entre autres, les premières parties d’Ariane Moffat et les FrancoFolies de Montréal. En 2011, elle intègre le groupe Galaxie en tant que choriste pour une centaine de spectacles. C’est en 2013 qu’elle participe à la création du EP “La couleur des jours” d’Audrey Emery, puis accompagne Chantal Archambault en Chine dans le costume de la multi-instrumentiste en 2014. Grâce à un parcours riche, son écriture s’est raffinée et ses chansons se sont transformées pour mieux imager son approche musicale et épouser ses tendances artistiques.